«Les interventions
ISTDP sont
spécifiquement
conçues pour
restructurer
des schémas
comportementaux
d’auto-sabotage.»

ISTDP de H.Davanloo
Bref historique

L’ISTDP Intensive Short-Term Dynamic Psychotherapy, en français Psychothérapie Psychodynamique Brève et Intensive, est une forme unique de traitement psychodynamique qui facilite la résolution rapide d’un large éventail de troubles émotionnels. L’ISTDP fut conçue, dans les années 1960, par le Dr Habib Davanloo, professeur émérite de psychiatrie de l’Université McGill à Montréal. Le Dr H. Davanloo développa l’ISTDP dans le cadre de recherches scientifiques conduites à l’Université McGill et à l’Hôpital Général de Montréal.

L’ISTDP avait, et a encore, pour objectif de remédier à la longueur des traitements du psychisme et à leur taux relativement élevé d’échec. Dès l’origine les séances furent filmées, et le sont toujours, afin de ne pas laisser de place à l’interprétation du thérapeute qui, aussi éduquée soit-elle, n’en reste pas moins, seulement, de l’interprétation. Elles furent filmées afin, également, de permettre au thérapeute d’observer et évaluer sa manière propre d’engagement face au patient, et enfin, lui donner la possibilité  de soumettre son travail à l’examen de ses pairs.

Ces éléments font de l’ISTDP une thérapie non-interprétative basée sur des éléments vérifiables. Le Dr Davanloo poursuit actuellement de manière très active ses recherches et donne des formations à Montréal.

Ce qui est propre à l’ISTDP

L’ISTDP, comme la psychanalyse et les thérapies psychodynamiques dérivées, traite les éléments dynamiques pathologiques du psychisme inconscient de l’être humain. Les interventions ISTDP sont spécifiquement conçues pour restructurer des schémas comportementaux d’auto-sabotage. À la différence d’autres thérapies, l’ISTDP amène les défenses inconscientes à la conscience du patient et engage celui-ci à se retourner contre elles pour accéder aux sentiments refoulés qui constituent le noyau pathogène de sa souffrance.

À l’origine, les comportements pathologiques sont des réponses adaptatives inconscientes du très petit enfant en situation d’attachements traumatiques, instables, difficiles ou complexes, mettant en péril son développement affectif et sa survie psychique.

Ces mécanismes d’adaptation inconscients, qui permettent à l’enfant de maintenir le lien affectif nécessaire à sa survie psychique et physique, se mettent en place alors que d’autres sentiments, qui pourraient mettre ce lien en péril, se trouvent dès lors refoulés et s’enkystent, constituant le noyau d’une structure pathologique inconsciente. Au cours du développement et à l’âge adulte, ces émotions refoulées sont redirigées contre la personne, se matérialisent dans la difficulté à construire et s’engager dans des relations stables, durables, satisfaisantes, en comportements d’auto-sabotage ou en pathologies physiques.

Le traitement ISTDP se distingue fondamentalement des autres formes de thérapies sur plusieurs points essentiels:

Le transfert et son interprétation

En ISTDP : Le transfert du conflit infantile dans la relation entre patient et thérapeute, et la création subséquente d’une nouvelle névrose de transfert,  est traité comme une défense produite par la résistance inconsciente du patient.

La nouvelle névrose de transfert recouvre et protège la névrose originale du patient et agit comme un leurre dans le traitement.

Si le patient, comme cela arrive souvent, consulte plusieurs thérapeutes, la névrose originale se trouve cimentée sous plusieurs couches successives de névrose de transfert, laissant par là la névrose originale intacte tout au long du ou des traitements.

La responsabilité active

En ISTDP : La responsabilité du patient et sa collaboration avec le thérapeute sont engagées dès la première séance.

Le diagnostic initial posé, le thérapeute évalue le degré de tolérance du patient à l’anxiété. Le patient est amené, aussi rapidement que possible, à confronter et combattre les mécanismes défensifs qui sont activés par sa résistance inconsciente afin de barrer l’accès à ses sentiments profonds refoulés, résister au changement, protéger sa névrose et ainsi perpétuer sa souffrance.

L’alliance thérapeutique

En ISTDP : Le thérapeute engage le patient de manière active et soutenue dans une alliance thérapeutique consciente et inconsciente afin qu’ensemble ils surmontent la résistance et suppriment les défenses que lui oppose le patient de manière inconsciente. Les mécanismes défensifs inconscients sont activés par les interventions spécifiques du thérapeute et à l’intérieur de la relation avec lui ; ils sont traités au fur et à mesure de leur apparition.

Le thérapeute et le patient accèdent grâce à ce travail aux sentiments profonds du patient qui prend conscience des mécanismes autopunitifs et d’auto-sabotage qui ont présidé à la conduite de sa vie.

Séances filmées

L’ISTDP n’est pas une thérapie interprétative. Les séances sont filmées. Le thérapeute interagit en se basant sur ce que le patient donne à voir et non pas en interprétant ses propos.

En effet, dans ce processus thérapeutique l’investigation psychanalytique n’a de sens et ne débute qu’après que la résistance inconsciente du patient a été activée et vaincue à l’intérieure de la relation avec le thérapeute, la palette des défenses surmontée et les portes de l’inconscient ouvertes : à cette fin pendant les séance et en visionnant les enregistrements des séances, le thérapeute calibre et règle ses interventions spécifiques en activant les défenses et en observant le type de manifestations physiologiques et neurobiologiques du patient en réponse à ses interventions. Patient et thérapeute collaborent dans la tâche de supprimer la résistance afin de libérer l’accès aux sentiments profonds refoulés, noyau de la névrose du patient et moteurs de sa souffrance.